Alert 12 April 2022 12 April 2022
View PDF

European Life Sciences Deals Trends

Les sciences de la vie en Europe : tendances de marché

In Europe, life sciences deals increased over the last few years with strong acceleration in 2021. As a result, the market wonders whether this is just an uptick or rather a steady trend which will impact our market in the future as well. Analyzing the reasons of such growth and comparing it with more mature markets such as the U.S. comfort us in thinking that it is just the beginning for continental Europe.
Les transactions dans le domaine des sciences de la vie ont augmenté en Europe au cours des dernières années, avec une forte accélération en 2021. Il est possible de se demander s’il ne s’agit que d’un hasard ou au contraire d’une tendance plus profonde vouée à se poursuivre à l’avenir. Si nous analysons les raisons d’une telle croissance et que nous la comparons à des marchés plus matures tels que les États-Unis, nous avons de bonnes raisons de penser que ce n’est que le début pour l’Europe continentale.

The U.S. life sciences market has been very strong over the past decades and is seen as very mature. The level of venture investments(which are now very much standardized), licensing, M&A and IPOs is very high, both in valuation and in number. 

For the last ten years or so, the life sciences UK market attracted U.S. investors and an increasing number of growth funds. After a first step of development through venture investments, such companies are now ready for licensing, PE deals, M&A and IPOs. This is also the trend that we anticipate for the European market even if each country or region still has its own specificities (in particular UK, Germany, France and Nordic countries).

Venture capital financing in the life sciences sector in Europe grew by 65% year-over-year totaling more than $13.6 billion, with deal volume/value increasing much faster than deal count. Top markets in Europe (UK, Germany, France and the Nordic Countries) accounted for more than 65% of the total European venture capital deal volume/value, with the UK well ahead from the other countries.

The new venture capital transactions landscape in life sciences includes much larger venture capital round, even at an early stage like French biotech company Mnemo Therapeutics which closed a €75 million Series A in 2021. Growth or later stage investments (Series C or D) are also much more frequent as in French biotech company DNA Script with its $200 million Series C round.

This can be explained by a virtuous circle of attractive target companies and funds availability. The ecosystem is growing with the emergence of more mature life sciences startups first in the UK and then in continental Europe. In addition, funds are made available by U.S. investors which are now targeting European companies on a regular basis as well as historic or new European funds able to support the companies in the long term like Jeito, Bpifrance, LSP or Sofinnova. Finally, numbers of e-health companies are attracting a mix of life sciences and tech investors which increase again the availability of capital.

On the licensing side (including licenses, joint ventures and research collaborations), global life sciences sector licensing deals had a record-breaking year in 2020 and although 2021 deals fell short of 2020 record, total deal amount remained strong. Initially limited to deals with large medtech or pharma companies in exit scenarios, such deals are more and more common between startups looking for diversification and startups (either early stage or with platforms technologies) looking for alternative non-dilutive financings. 

This trend goes with more aggressive intellectual property due diligence which is affecting earlier stage deal-making, particularly in breakthrough technology areas where the intellectual property landscape is not well-defined. License-in agreements with academic institutions are globally becoming even more challenging as certain clauses requested by academic institutions cause issues when biotech companies strike licensing-out or collaboration deals with partners later on.

In line with the global trend in life sciences deals, the U.S. out-ranked other countries in number of licensing deals by a large margin. In Europe, the UK is again well ahead from Germany and then France. Cancer is the therapeutic area with the highest number of licensing deals. Digital health and small molecules are also top technology areas targeted by licensing deals. Option deals are becoming popular, in particular cell and gene therapy was a technology area that had experienced an increase in the number of option deals over the last couple of years.

Life sciences M&A and IPO deals volume also saw a strong growth in Europe in 2021. The number of NASDAQ IPOs by European-based life sciences companies doubled and gross proceeds of such IPOs doubled between 2020 and 2021. Unsurprisingly most companies were UK companies as they were more mature and more ready to take the step. However, more and more continental European companies are considering getting listed on the NASDAQ where they expect a better valuation and liquidity than on European markets.

The number of M&A transactions reached unmet numbers immediately prior to Brexit which explains a pretty slow 2020. However, compared to pre-2018, life sciences M&A transactions are back to their level in volume and higher in number.

Even pre-Brexit, when suffering from political and legal uncertainty, the UK remained the top market in Europe life sciences M&A transactions, both in deal value and deal count. This can be easily explained by the level of maturity of the market. Interesting enough, the other markets (the Nordics, France, Germany), each had their own trend with stability in the Nordics, regular growth in France and variability in Germany with high profile transactions.

Life sciences PE deals saw a solid growth in Europe in 2021: PE investments in the life sciences sector in Europe grew by 15% year-on-year on amount in 2021 while volume stayed flat. Most PE deals in Europe were sponsored by European funds including ArchiMed EQT, and Ardian. U.S. PE funds are less active but remain active in larger transactions.

In France, the amount of deals dropped while the volume remained stable in 2021 showing a decrease in the deal size. In the UK however life sciences PE deals declined significantly in 2021 both in volume and in amount. It is interesting to note that the top investors in the UK for 2020 and 2021 were almost exclusively UK investment firms (Connection Capital, HG Capital, Polar Capital and Synova Capital along with one U.S. investment firm (H.I.G. Capital) while French PE deals where mainly led by French investors.

Notable deals included: Ardian injecting €1.6 billion in growth equity into France-based Labosud, which specialises in operating a medical laboratory; the Generic Rx Pharmaceuticals business of Perrigo Company being acquired by Altaris Capital Partners through a $1.55 billion LBO on July 6, 2021 and Pharmathen being acquired by Partners Group through an estimated €1.28 billion LBO on July 19, 2021.

All these trends follow the same direction as they are all sustained by a growing maturity of the local markets. So it is very likely that such trends will carry on for the next few years with more and more fund raising, licensing, PE deals, M&A and IPOs.

 ***

This informational piece, which may be considered advertising under the ethical rules of certain jurisdictions, is provided on the understanding that it does not constitute the rendering of legal advice or other professional advice by Goodwin Procter or its lawyers. Prior results do not guarantee a similar outcome. Goodwin Procter is an international legal practice carried on by Goodwin Procter LLP and its affiliated entities.

For further information about our offices and the regulatory regimes that apply to them, please refer to www.goodwinlaw.com/legal-notices.

Le marché américain des sciences de la vie s’est montré très actif au cours des dernières décennies et est considéré comme très mature. Le niveau des investissements venture, qui sont désormais très normés, ainsi que les accords de partenariats, les opérations de Private Equity, les fusions-acquisitions et les introductions en bourse sont très élevés, tant en valeur qu’en nombre d’opérations. 

Depuis une dizaine d’années, le marché britannique des sciences de la vie séduit de plus en plus les investisseurs américains et un nombre toujours plus important de fonds de croissance se développent. Après une première étape de développement qui s’appuyait sur des levées de fonds, ces entreprises sont désormais suffisamment mature pour conclure des accords de partenariat, des opérations de fusions-acquisitions et/ou s’introduire en bourse. C’est aussi la tendance que nous anticipons pour l’Europe continentale même si chaque pays ou région présente encore ses propres caractéristiques (notamment l’Allemagne, la France et les pays nordiques).

Les levées de fonds dans le secteur des sciences de la vie en Europe ont progressé de 65 % sur un an pour atteindre plus de 13,6 milliards de dollars, la valeur des transactions augmentant beaucoup plus rapidement que le nombre de transactions. Les principaux marchés européens (Royaume-Uni, Allemagne, France et pays nordiques) représentaient plus de 65% des opérations européennes en valeur, le Royaume-Uni devançant largement les autres pays.

Le montant des levées de fonds dans le domaine des sciences de la vie a significativement augmenté, même en amorçage ou à un stade précoce. La société de biotechnologie française Mnemo Therapeutics, par exemple, a clôturé une série A de 75 millions d’euros en 2021. Les investissements de croissance ou à un stade de développement plus mature (série C ou D) sont également plus fréquents, comme le démontre la levée de fonds Series C de DNA Script de 200 millions de dollars.

Cela peut s’expliquer par un cercle vertueux caractérisé par l’attractivité des entreprises cibles et la disponibilité des fonds. L’écosystème se développe avec l’émergence de start-ups plus matures dans le domaine des sciences de la vie, d’abord au Royaume-Uni, puis en Europe continentale. En outre, les fonds provenant d’investisseurs américains qui ciblent désormais régulièrement les entreprises européennes sont de plus en plus disponibles, ainsi que des investisseurs européens historiques ou de nouveaux entrants capables de soutenir les entreprises à long terme comme Jeito, Bpifrance, LSP ou Sofinnova. Enfin, un grand nombre d’entreprises en santé numérique attirent les investisseurs « tech », ce qui accroît encore la disponibilité des capitaux pour ces entreprises.

S’agissant des accords de partenariat (y compris les concessions de licences, les joint-venture et les collaborations de recherche), les accords de partenariat dans le domaine des sciences de la vie au niveau mondial ont connu une année record en 2020 et bien que ce record n’ait pas été égalé en 2021, la valeur totale des accords est restée solide. Initialement limités aux opérations avec les grandes entreprises de technologies médicales ou pharmaceutiques dans les scénarios de sortie, ces accords sont de plus en plus fréquents entre les start-ups à la recherche de diversification et les start-ups (soit à un stade précoce, soit avec des technologies de plateformes) à la recherche de financements alternatifs non dilutifs. 

Cette tendance va de pair avec des audits plus agressifs en matière de propriété intellectuelle, ce qui a des répercussions sur les premières étapes de la négociation, en particulier dans les domaines de technologies disruptives où le paysage de la propriété intellectuelle n’est pas bien défini. Les accords de licence avec les établissements universitaires sont de plus en plus difficiles à conclure à l’échelle mondiale car certaines clauses réclamées par les universités posent problème lorsque les entreprises de biotechnologie concluent des accords de licence ou de collaboration avec des partenaires par la suite.

Conformément à la tendance mondiale en matière de transactions dans le domaine des sciences de la vie, les États-Unis ont largement dépassé les autres pays en termes de nombre d’accords de licence. En Europe, le Royaume-Uni est, là encore, très en avance sur l’Allemagne et la France. De tous les domaines thérapeutiques, c’est la recherche sur le cancer qui fait l’objet du plus grand nombre d’accords de licence. Par ailleurs, les accords de licence ciblent les grands domaines technologiques que sont la santé numérique et les petites molécules. Les contrats d’option sont également de plus en plus populaires. En particulier, la thérapie cellulaire et génique a connu une augmentation du nombre de contrats d’option au cours des deux dernières années.

Le volume des opérations de fusion-acquisition et d’introduction en bourse dans le secteur des sciences de la vie a également connu une forte croissance en Europe en 2021. Le nombre d’introductions au NASDAQ de sociétés européennes dans le domaine des sciences de la vie a doublé et le montant levé à l’occasion de ces introductions a également été multiplié par deux entre 2020 et 2021. Sans surprise, la plupart de ces sociétés étaient des sociétés britanniques plus matures et davantage prêtes à franchir le pas. Cependant, de plus en plus de sociétés d’Europe continentale envisagent une cotation au NASDAQ où elles espèrent une meilleure valorisation et une meilleure liquidité que sur les marchés européens.

Le nombre d’opérations de fusion-acquisition a atteint des niveaux inégalés immédiatement avant le Brexit, ce qui explique une année 2020 assez longue à démarrer. Cependant, les opérations de fusion-acquisition dans le domaine des sciences de la vie ont retrouvé leur niveau pré-2018 tant en nombre qu’en valeur.

Même avant le Brexit, alors que le pays était en proie à des incertitudes politiques et juridiques, le Royaume-Uni restait le premier marché européen des opérations de fusion-acquisition dans le domaine des sciences de la vie, tant en valeur qu’en nombre de transaction. Cela s’explique facilement par le niveau de maturité du marché. Il est assez intéressant de noter que chacun des autres marchés (les pays nordiques, la France, l’Allemagne) a suivi sa propre tendance : stabilité dans les pays nordiques, croissance régulière en France et variabilité en Allemagne avec des transactions prestigieuses.

Les opérations de Private Equity dans le secteur des sciences de la vie ont connu une croissance solide en Europe en 2021. Le montant des investissements en Private Equity dans ce secteur ont augmenté de 15% en 2021, tandis que le nombre de transactions est resté stable. La plupart des opérations de Private Equity en Europe ont été financées par des fonds européens, notamment Archimed, EQT et Ardian. Les fonds américains sont moins actifs mais demeurent impliqués dans les transactions les plus importantes.

En France, le montant des opérations a diminué alors que le nombre de transactions est resté stable en 2021, ce qui montre une diminution de la taille des opérations. Au Royaume-Uni, cependant, les opérations de Private Equity dans le secteur des sciences de la vie ont considérablement diminué en 2021, tant en nombre qu'en valeur. A noter que les principaux investisseurs au Royaume-Uni en 2020 et 2021 étaient presque exclusivement des fonds d'investissement britanniques (Connection Capital, HG Capital, Polar Capital et Synova Capital), ainsi qu'un fond d'investissement américain (H.I.G. Capital). Alors qu’en France, les opérations de Private Equity étaient principalement menées par des investisseurs français.

Parmi les transactions importantes, nous pouvons citer l’injection d’1,6 milliards d’euros de capital-développement d’Ardian dans la société française Labosud, spécialisée dans l’exploitation de laboratoires médicaux ; l’acquisition LBO d’un montant d’1,55 milliards de dollars de l’activité de produits pharmaceutiques génériques de Perrigo Company par Altaris Capital Partners en juillet 2021 mais également l’acquisition LBO d’un montant estimé à 1,28 milliards d’euros de Pharmaten par Partners Group en juillet 2021.

Toutes ces tendances vont dans la même direction car elles sont toutes soutenues par une maturité croissante des marchés locaux. Il est donc très probable que ces tendances se poursuivent au cours des prochaines années avec de plus en plus de levées de fonds, d’accords de partenariat, d’opérations de Private Equity, de fusions-acquisitions et d’introductions en bourse.